Quel pape !

Francois et les enfants

Audience du 13-11-13

Je suis à Rome depuis hier. Rome reste Rome… Rome change, mais ne change pas… Rome est toujours une vieille ville, elle reste le centre de la chrétienté,  et le pape est aussi romain que Rome.

Mais il faut le dire, avec le pape François, l’image du pape a évolué un peu.

J’allais à l’audience du mercredi pensant tout savoir. Après tout, j’avais connu Paul VI, Jean-Paul II et Benoit XVI… Ils sont tous différents, et chacun apporte son bagage.

Celui-ci apporte un bagage de tendresse et de charité. Et d’humilité non surfaite. Il est superlatif dans ces domaines. Lorsque le pape est passé près de nous ce matin (photo), on le voyait authentiquement près des gens. Son sourire n’est pas une façade, c’est lui. C’est un langage comme l’italien qu’il maitrise de mieux en mieux. Mais il ne fait pas de belles figures. Il est là pour chacun. Le visage, les gestes sont ceux d’un père, d’un ami, d’un bon curé qui veut rencontrer tous ses paroissiens. Et il réussit. Tout comme un bon curé est écouté par sa sagesse et son amitié pour ses paroissiens. François parle d’abord le langage de l’amitié ( 3/4 d’heure pour faire le tour de la place), et ensuite, de langage de la simplicité (il s’exprime sans prétendre éblouir, il explique simplement et touche le coeur du pèlerin). J’admire son savoir-faire et sa présence. Il m’a déridé plusieurs fois pendant l’audience.

Et le contenu y est. Il parle du baptême et de son importance: « Combien de vous se rappelle la date de votre baptême? Et pourtant, d’une certaine manière, c’est à tout le moins aussi important que la naissance, puisque nous sommes ainsi engendré à une nouvelle vie dans le Christ… ». La confession: « Quand on offense Dieu, on ferme un peu la porte de la vie en nous. Ouvrir la porte nous redonne l’illumination de la nouvelle vie en nous. Ce n’est pas une torture, mais ouvrir la porte au don de Dieu. »

Après l’audience, tout le monde a le goût de partager. Sur la place, une femme américaine et son mari sont émus. Le mari me dit qu’il se demandait comment il pourrait être plus attentif à la confession fréquente, et qu’aujourd’hui, François y a répondu. Une dame argentine et sa fille n’en reviennent pas: « On pensait qu’on avait perdu notre évêque, mais non, il n’a pas changé. Il est toujours  notre évêque ». Un écossais catholique et son épouse  non catholique exultent: il n’ont jamais vu cela. « Quel homme ! » me dit-il…

Le pape peut se faire comprendre parce qu’il veut partager avec chacun, comme un bon curé. Pour lui la place St-Pierre est une grande église où il veut être avec chacun. Ses mots sont accessibles, et comme il parle au coeur, tout le monde écoute. Il a su résoudre la difficulté que chaque prêtre, chaque curé rencontre: rendre accessible le contenu de la foi à tous ses fidèles. La différence est que tous les catholiques, aussi ceux de la périphérie, sont ses fidèles. Et ils écoutent.

Advertisements

Laisser un commentaire

novembre 13, 2013 · 12 h 41 min

Lisez « la foi catholique » de Peter Kreeft. Excellente référence sur la foi.

kreeft

Un  excellent commentaire du Catéchisme de l’Église catholique, par une autorité en la matière.

L’auteur a fait ses preuves dans les livres nombreux qu’il a écrits en anglais, et dont plusieurs sont traduits en français. Dans ce livre qui est un commentaire à la foi, il la raisonne, animé par une foi vivante, une simplicité de style toute américaine, et une fine ironie socratique sur les enseignements de la foi contenus dans le catéchisme.

Une agréable manière de mieux comprendre les enseignements libérateurs de l’Église.

Préfacé par l’abbé Mario St-Pierre, dont on peut dire que c’est un legs qu’il nous a laissé avant de partir dans une nouvelle mission d’évangélisation chez nos cousins français.

 

Un livre que je recommande à tous ceux qui veulent mieux connaître et méditer la foi catholique, 

 

Disponible à la librairie Saint-Joseph, à Québec,

1313 route de l’Église à Québec G1W 3P3

Laisser un commentaire

Classé dans réflexions

The Mighty Breastplate of St. Patrick

The Catholic Gentleman

selfdrive_st_patrickSt. Patrick is one of the most well-known saints in Christendom, and he left an indelible stamp on the Church despite the fact that we know very little about his life. In addition to being the missionary who almost single handedly converted Ireland, and being the man who permanently ridded the Emerald Isle of snakes, St. Patrick also happens to be the author of what is perhaps the manliest prayer the Church has ever seen—the « Lorica » or « breastplate » of St. Patrick.

This powerful, and quite beautiful, prayer can be said each morning, and it is recommended that it be prayed with Psalm 5, though this is optional. If you face « burning, » « wounding, » or « spells of women and smiths and wizards, » on a daily basis, this prayer is an absolute must.

Lorica of Saint Patrick

I arise today
Through a mighty strength, the invocation of the Trinity,
Through a belief in the Threeness,
Through confession of the Oneness
Of the Creator…

View original post 416 autres mots

Laisser un commentaire

Classé dans réflexions

The Mighty Breastplate of St. Patrick

The Mighty Breastplate of St. Patrick.

Laisser un commentaire

Classé dans réflexions

Un livre sur les habitudes et les vertus

PoerOfHabit

THE POWER OF HABITS: WHY WE DO WHAT WE DO IN LIFE AND BUSINESS

par Charles Duhigg

Doubleday Canada, 2012, 371 pages

Un intéressant ouvrage sur les habitudes, dans la vie des personnes et des sociétés.

Dans ce livres il est question de tous les types d’habitudes, et du lien que chacune entretien avec l’inconscient  et le rationnel: de soi, une habitude est inconsciente et tend à libérer l’esprit pour d’autres tâches. Le livre traite  d’abord des habitudes personnelles (comment elles fonctionnent, comment  peut créer de nouvelles habitudes, et ce qui mène au changement d’habitudes). Ensuite, il commente sur ce qui provoque des habitudes (bonnes ou mauvaises) au sein des groupements, des familles ou des entreprises.

L’auteur fait d’intéressantes distinctions entre les passions et les habitudes; il a un chapitre intéressant sur les habitudes et la responsabilité, et un autre sur les “habitudes-charnières” (“keynote habits”). Ces deux chapitres sont remarquables (chapitre 4 et chapitre 9).

La thèse principale de l’auteur est qu’il est impossible de ne pas avoir d’habitudes, et que même si leur mécanisme est souvent inconscient, elles sont souvent conscientes et entraînent la responsabilité de celui qui agit.

Deux points qui reviennent souvent et qui peuvent servir aux éducateurs: ne pas sous-évaluer le principe de la récompense dans l’apprentissage, sinon, on forme les gens au volontarisme: une bonne récompense est d’autant plus valable qu’elle est rationnelle. L’autre point intéressant est que les bonnes habitudes sociales comme l’amitié ont un fort pouvoir dynamisant dans les sociétés à petites échelle et quelques fois aussi dans les grandes.

Continuellement, l’auteur insiste que les grandes habitudes s’acquièrent par l’exercice constant et systématique  de petites habitudes significatives.

***** Intéressant pour personnes intéressées à vaincre une mauvaise habitude (fumer, perte de poids, p. ex), pour parents, éducateurs, et entrepreneurs.

Denis Saint-Maurice, prêtre

 

Laisser un commentaire

Classé dans formateurs, livres lus, réflexions

Que dit Vatican II sur la liberté religieuse ?

DSC_6653

Voici un schéma des enseignements de Vatican II sur la liberté religieuse  et le respect des autres religions. Il peut permettre de se faire une idée de ce que nous devrions penser dans les débats sur les valeurs religieuses des autres. Il est essentiel de référer aux textes originaux sur  www.vatican.va

Référence: Dignitatis Humanae et Nostra Aetate (Concile oecuménique Vatican II)

Les textes en italiques sont tirés des documents officiels.

Pour les religions non chrétiennes en général:

Tous les peuples forment, en effet, une seule communauté ; ils ont une seule origine, puisque Dieu a fait habiter tout le genre humain sur toute la face de la terre; ils ont aussi une seule fin dernière, Dieu, dont la providence, les témoignages de bonté et les desseins de salut s’étendent à tous], jusqu’à ce que les élus soient réunis dans la Cité sainte, que la gloire de Dieu illuminera et où tous les peuples marcheront à sa lumière . (NA, 1)(…) Les hommes attendent des diverses religions la réponse aux énigmes cachées de la condition humaine, qui, hier comme aujourd’hui, agitent profondément le cœur humain : Qu’est-ce que l’homme? Quel est le sens et le but de la vie? Qu’est-ce que le bien et qu’est-ce que le péché? Quels sont l’origine et le but de la souffrance? Quelle est la voie pour parvenir au vrai bonheur? Qu’est-ce que la mort, le jugement et la rétribution après la mort ? Qu’est-ce enfin que le mystère dernier et ineffable qui embrasse notre existence, d’où nous tirons notre origine et vers lequel nous tendons ?

La Religion musulmane, en particulier.

NA 3: L’Église regarde aussi avec estime les musulmans, qui adorent le Dieu unique, vivant et subsistant, miséricordieux et tout-puissant, créateur du ciel et de la terre [5], qui a parlé aux hommes. Ils cherchent à se soumettre de toute leur âme aux décrets de Dieu, même s’ils sont cachés, comme s’est soumis à Dieu Abraham, auquel la foi islamique se réfère volontiers. Bien qu’ils ne reconnaissent pas Jésus comme Dieu, ils le vénèrent comme prophète ; ils honorent sa Mère virginale, Marie, et parfois même l’invoquent avec piété. De plus, ils attendent le jour du jugement, où Dieu rétribuera tous les hommes après les avoir ressuscités. Aussi ont-ils en estime la vie morale et rendent-ils un culte à Dieu, surtout par la prière, l’aumône et le jeûne.

Même si, au cours des siècles, de nombreuses dissensions et inimitiés se sont manifestées entre les chrétiens et les musulmans, le saint Concile les exhorte tous à oublier le passé et à s’efforcer sincèrement à la compréhension mutuelle, ainsi qu’à protéger et à promouvoir ensemble, pour tous les hommes, la justice sociale, les valeurs morales, la paix et la liberté.

1. La dignité de la personne et la religion (DH, 1) .

La vraie religion subsiste dans la religion catholique. On ne convainc que par la force de la vérité.

2. La liberté religieuse: respect, éviter les contraintes.

Fondé sur la dignité même de la personne. Chercher (…), adhérer (…) et régler la vie sur la vérité (DH, 2). La liberté est nécessaire pour le faire.

3. Respect de la conscience des autres: DH, 3, 3.

Se rapporte au libre exercice de la religion sur le plan de la société. Dans  l’odre public comme dans l’ordre privé. Le pouvoir civil doit pourvoir à faciliter la vie religieuse des citoyens sans s’arroger le droit de diriger ou d’empêcher les actes religieux. DH 4, 3: Le droit de ne pas être empêché d’enseigner et de manifester leur foi publiquement, de vive voix ou par écrit. DH 4, 4: ne pas les empêcher de manifester librement l’efficacité singulière de leur doctrine pour organiser la société et vivifier toute l’activité humaine.

4: Limites:

DH 7: observer le principe moral de la responsabilité personnelle et sociale. Tenir compte des droits d’autrui, et des obligations ers les autres et le bien commun de tous… (…) La société civile a le droit de se protéger contre les abus qui pourraient naître sous prétexte de liberté religieuse, c’est surtout au pouvoir civil qu’il revient d’assurer cette protection. Attention aux décisions arbitraires ou de partis.

Laisser un commentaire

Classé dans réflexions, Vatican II

International Buy a Priest a Beer Day!

Une idée intéressante, mais attention à l’excès.
I like the idea, but beware of excess of invitations !

The Catholic Gentleman

Did you know that this coming Monday, September 9, is International Buy a Priest a Beer Day? On this festive day, faithful Catholics all over the world take their priests out for a beer and get to know them better. It’s a beautiful Catholic tradition that goes back to the time of St. Hopswald of Aleyard, the first man to take his priest out for a beer.

Okay, if you’re getting suspicious by now, there’s a good reason. Buy a Priest a Beer Day is not a real holiday. But I would argue that it should be!

Believe it or not, priests are real people, and they enjoy socializing over good food and drink as much as anyone. They also have a thankless and difficult job, a job that we couldn’t get to heaven without. Priests are the lifeblood of the Church, and they deserve some appreciation.

So with that…

View original post 176 autres mots

Laisser un commentaire

Classé dans réflexions